HOME
 





parce que c'est comme ça #extract 01-019
parce que c'est comme ça #extract 02-023
parce que c'est comme ça #extract 03-003
parce que c'est comme ça #extract 04-041
parce que c'est comme ça #extract 05-053
parce que c'est comme ça #extract 06-068
parce que c'est comme ça #extract 07-073
parce que c'est comme ça #extract 08-084
parce que c'est comme ça #extract 09-095
parce que c'est comme ça #extract 10-107
parce que c'est comme ça #extract 11-112
parce que c'est comme ça #extract 12-123
parce que c'est comme ça #extract 14-144
parce que c'est comme ça #extract 15-105
parce que c'est comme ça #extract 16-160
parce que c'est comme ça #extract 17-017
parce que c'est comme ça #extract 18-188
parce que c'est comme ça #extract 19-199
parce que c'est comme ça #extract 20-202
parce que c'est comme ça #extract 21-210
parce que c'est comme ça #extract 22-022
parce que c'est comme ça #extract 23-233
parce que c'est comme ça #extract 25-251
Bonus et versions alternatives
parce que c'est comme ça #extract 180
parce que c'est comme ça #extract 899
parce que c'est comme ça #extract 129














Martiens

Le mystère des Soucoupes Volantes a d'abord été tout terrestre :
on supposait que la soucoupe venait de l'inconnu soviétique,
de ce monde aussi privé d'intentions claires qu'une autre planète.
Et déjà cette forme du mythe contenait en germe son développement planétaire ;
si la soucoupe d'engin soviétique est devenu si facilement engin martien, c'est qu'en fait la mythologie
occidentale attribue au monde communiste l'altérité même d'une planète :
l'URSS est un monde intermédiaire entre la Terre et Mars.

Seulement, dans son devenir, le merveilleux a changé de sens, on est passé du mythe du combat à celui de jugement.
Mars en effet, jusqu'à nouvel ordre, est impartial :
Mars vient sur terre pour juger la Terre, mais avant de condamner, Mars veut observer, entendre.
La grande contestation URSS-USA est donc désormais sentie comme un état coupable,
parce qu'ici le danger est sans mesure avec le bon droit ; d'où le recours mythique à un regard céleste,
assez puissant pour intimider les deux parties.
Les analystes de l'avenir pourront expliquer les éléments figuratifs de cette puissance, les thèmes oniriques qui la composent :
la rondeur de l'engin, le lisse de son métal, cet état superlatif du monde que serait une matière sans couture :
a contrario, nous comprenons mieux tout ce qui dans notre champ perceptif participe au thème du Mal :
les angles, les plans irréguliers, le bruit, le discontinu des surfaces.
Tout cela a déjà été minutieusement posé dans les romans d'anticipation,
dont la psychose martienne ne fait que reprendre à la lettre les descriptions.

Ce qu'il y a de plus significatif, c'est que Mars est implicitement douée
d'un déterminisme historique calqué sur celui de la Terre.
Si les soucoupes sont les véhicules de géographes martiens venus observer la configuration de la Terre,
comme l'a dit tout haut je ne sais quel savant américain, et comme sans doute beaucoup
le pensent tout bas, c'est que l'histoire de Mars a mûri au même rythme que celle de notre monde,
et produit des géographes dans le même siècle où nous avons découvert la géographie et la photographie aérienne.
La seule avance est celle du véhicule lui-même, Mars n'étant ainsi qu'une Terre rêvée,
douée d'ailes parfaites comme dans tout rêve d'idéalisation.

Probablement que si nous débarquions à notre tour en Mars telle que nous l'avons construite,
nous n'y trouverions que la Terre elle-même, et entre ces deux produits d'une même Histoire,
nous ne saurions démêler lequel est le nôtre.
Car pour que Mars en soit rendue au savoir géographique, il faut bien qu'elle ait eu, elle aussi,
son Strabon, son Michelet, son Vidal de La Blache et, de proche en proche,
les mêmes nations, les mêmes guerres, les mêmes savants et les mêmes hommes que nous.
La logique oblige qu'elle ait aussi les mêmes religions, et bien entendu, singulièrement la nôtre, à nous Français.
Les Martiens, a dit le Progrès de Lyon, ont eu nécessairement un Christ;
partant ils ont aussi un pape (et voilà d'ailleurs le schisme ouvert) :
faute de quoi ils n'auraient pu se civiliser au point d'inventer la soucoupe interplanétaire.
Car, pour ce journal, la religion et le progrès technique étant au même titre
des biens précieux de la civilisation, l'une ne peut aller sans l'autre :
il est inconcevable, y écrit-on, que des êtres ayant atteint un tel degré de civilisation
qu'ils puissent arriver jusqu'à nous par leurs propres moyens, soit «païens».
Ils doivent être déistes, reconnaissant l'existence d'un dieu et ayant leur propre religion.
Ainsi toute cette psychose est fondée sur le mythe de l'Identique, c'est-à-dire du Double.
Mais ici comme toujours, le Double est en avance, le Double est Juge.
L'affrontement de l'Est et de l'Ouest n'est déjà plus le pur combat du Bien et du Mal,
c'est une sorte de mêlée manichéiste, jetée sous les yeux d'un troisième Regard ;
il postule l'existence d'une Sur-Nature au niveau du ciel, parce que c'est au ciel qu'est la Terreur :
le ciel est désormais, sans métaphore, le champ d'apparition de la mort atomique.
Le juge naît dans le même lieu où le bourreau menace.
Encore ce Juge - ou plutôt ce Surveillant - vient-on de le voir soigneusement réinvesti par la spiritualité commune,
et différer fort peu, en somme, d'une pure projection terrestre.
Car c'est l'un des traits constants de toute mythologie petite-bourgeoise,
que cette impuissance à imaginer l'Autre.
L'altérité est le concept le plus antipathique au « bon sens ».
Tout mythe tend fatalement à un anthropomorphisme étroit, et, qui pis est,
à ce que l'on pourrait appeler un anthropomorphisme de classe.
Mars n'est pas seulement la Terre, c'est la Terre petite-bourgeoise,
c'est le petit canton de mentalité, cultivé (ou exprimé) par la grande presse illustrée.
A peine formée dans le ciel, Mars est ainsi alignée par la plus forte des appropriations, celle de l'identité.

Roland Barthes, Mythologies, 1957



Un paradis dans son devenir, une illusion, des insurgés.





Conseil National du Patronat Français
31, rue Pierre Ier de Serbie - Paris 16e

A tous les travailleurs:

Mesdames,
Mesdemoiselles,
Messieurs,

Nous vous avons consenti, en accord avec l'ensemble de vos
syndicats, plusieurs dizaines d'heures de congès supplèmentaires
et de substantielles augmentations de salaires.

A la veille des vacances d'été, nous vous suggérons donc de
partir avec le Club Meditérranée et de ne plus vous préoccuper de
"conseils ouvriers" et de "luttes de classes".

Evitez même, s'il-vous-plaît, les occupations d'usines.

Bien sincèrement,

Paris, le 7 juin 1968
Pour le C.N.P.F., le Président,
P. HUVELIN




La ligne de mots progresse au-delà de Jupiter ce matin.
Voyageant à la vitesse de cent cinquante kilomètres à la seconde,
elle ne fait aucun bruit. La grosse planète jaune et ses lunes blanches tournoient.
La ligne de mots file au-delà de Jupiter et de son orbite pesante et vertigineuse ;
elle ne regarde ni à droite ni à gauche. Elle quittera bientôt le système solaire,
décidée, concentrée, fendant le ciel comme une âme.
Tu es à Houston, Texas, tu regardes le moniteur.
Tu as vu une simulation : la ligne de mots attendait immobile, silencieuse, tendue par le désir.
La grosse planète jaune a pivoté vers elle comme une balle lancée en l’air et elle est passée près d’elle,
en dessous. Jupiter était si grosse qu’en bas de l’écran elle semblait aplatie.
La sonde a poursuivi sa route incurvée;
sa trajectoire affolante l’a fait passer entre des soleils blancs
aussi petits que des points; ces étoiles se sont éloignées à gauche et à droite,
comme les lumières sur les parois d’un tunnel.

Maintenant tu regardes des symboles se déplacer sur ton moniteur;
tu observes les signaux renvoyés par la sonde, transmis dans ta propre langue, des nombres.
Plus tard tu découvriras peut-être ce qu’ils signifient – ce qu’ils pourront
t’apprendre sur l’espace à la limite du système solaire, ou sur tes instruments.
Mais pour l’instant tu es en vol.
Pour l’instant ton boulot c’est de retenir ton souffle.

en vivant, en écrivant (The Writing Life) 1989 Annie Dillard - 1996 Christian Bourgois





C'était si merveilleux d'avoir redécouvert à ce qui était un âge déjà avancé
cette sorte d'impression que j'avais eu la première fois quand, gosse, j'ai entendu Little Richard et Elvis Presley.
C'était excitant mais aussi un peu effrayant - vous vous demandiez, 'Est-ce-que c'est vraiment vrai ?'
Vous alliez au concert avec le sentiment de participer à quelque chose venu d'une autre planète,
le simple fait que cela arrive était remarquable.

John Peel, en 1986, à propos du punk londonien de 1976.









 

STRATEGIES OBLIQUES
Plus de cent dilemnes dignes d'intérêt par Brian Eno et Peter Schmidt

Printed January 1975

 






HOME